Accueil A LA UNE Les chefs d’État et de gouvernement assument la ‘’responsabilité collective’’

[5e Sommet UA-UE] Les chefs d’État et de gouvernement assument la ‘’responsabilité collective’’

137
0
PARTAGER
Alassane et Alpha Condé

À la clôture du 5e Sommet UA-UE, le jeudi 30 novembre à Abidjan, les 83 chefs d’État et de gouvernement des 55 pays d’Afrique et des 28 pays d’Europe ont pris l’engagement d’assumer ‘’la responsabilité collective’’ des sujets d’actualité. Notamment, la lutte contre les drames de l’immigration clandestine, sur qui s’est auto-pointé au centre de ce sommet en lieu et place de la thématique : ‘’Investir dans la jeunesse pour un développement durable’’, la lutte contre le terrorisme, etc.

L’heure est grave. Ph.Dr

Pour le traduire, le président de la Guinée, Alpha Condé, par ailleurs président de l’Union africaine a indiqué que les chefs d’État doivent travaillent pour combler les attentes. « Nous devons travailler sur un plan d’urgence », a-t-il annoncé. Pour le président de l’UA, il ne doit plus s’agir ‘’d’aide ou d’assistance’’, mais d’un ‘’accord’’ qui doit rejaillir positivement sur le peuple.

«Face aux événements tragiques survenus sur le territoire libyen, nous avons pris la décision ferme d’évacuer les réfugiés. La mise en place d’une commission dirigée par la commission de l’Union africaine des Droits de l’homme, secondée et aidée par l’Union européenne, la poursuite des trafiquants d’êtres humains (nous considérons ce trafique comme un crime contre l’humanité). Ensuite nos différents pays doivent mettre en place des forces spéciales, chargées spécialement de lutter contre les trafiquants d’être humains. Enfin, nous devons tous nous organiser pour saisir les comptes de ces trafiquants en Afrique, en Europe mais aussi au Moyen-Orient», a indiqué Alpha Condé pour traduire les décisions prises contre le drame de l’immigration.

Ce, face à une jeunesse africaine (720 millions de moins de 25 ans) qui perd espoir et migre en Europe ou bien se révolte et manifeste avec plus ou moins de succès contre les pouvoirs en place, l’UE et l’UA veulent donner une nouvelle impulsion dans leur partenariat qui devrait être synonyme de solutions pour cette population. Une population qui dans son ensemble passera le cap des deux milliards d’habitants d’ici 30 ans.

Un fait qui, pour le président de l’UA est aussi une priorité. «Nous avons écouté les jeunes… car, on ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un à son insu. C’est autour des préoccupations de la jeunesse que nous devons nous organiser afin de donner satisfaction. Nous avons donc pris note des cris du cœur des représentants de la jeunesse Africaine et Européenne et avons la responsabilité de leur garantir un avenir meilleur. »

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a rappelé que plusieurs engagements ont été pris, notamment du côté européen, pour tenter de lutter contre les drames de l’immigration clandestine en Libye et ses dérives.

« Au lieu de jeter les jeunes et les moins jeunes dans le malheur, et donc dans l’eau, il faut investir sur place pour donner du travail aux jeunes pour qu’ils puissent trouver leur bonheur en Afrique », indiqué le président de la Commission de l’Union européenne.

Par ailleurs, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a salué des engagements tournés vers la jeunesse. « Notre sommet a été un hymne à la jeunesse. Nous reconnaissons tous que le futur de nos deux continents dépendra dans une large mesure de l’avenir que nous réservons à nos jeunes. Comme j’ai eu l’occasion de le dire lors de mon allocution d’ouverture, les jeunes doivent être au centre de nos politiques et priorités », a renchéri Moussa Faki Mahamat.

Les priorités des dirigeants des deux continents, est une responsabilité collective qui se résument en quatre priorités.

Education et formation. En tête des priorités des dirigeants africains et européens figurent donc l’éducation et la formation. Ils annoncent qu’ils sont d’accord pour augmenter leur effort en ville et dans le monde rural en vue d’assurer un accès universel à l’éducation, particulièrement pour les filles.

Paix et sécurité. Deuxième priorité : les actions en faveur de la paix, de la sécurité et de la gouvernance. Avec une petite phrase dont il faudra suivre les développements : « Nous soutiendrons les efforts en cours pour combattre le terrorisme, y compris le soutien du G5 Sahel ». Cette force régionale en cours de mise en place et qui manque pour l’instant de financements.

Investissements. Troisième priorité : mobiliser les investissements pour créer une croissance économique qui profite au plus grand nombre.

Migration et mobilité. Quatrième priorité : la migration et la mobilité. Les dirigeants des deux continents soulignent la nécessité de lutter contre les passeurs et les trafiquants, ainsi que de dissuader l’immigration irrégulière. Européens et Africains soulignent aussi la nécessité de faire plus pour créer des opportunités de migration régulière et pour faciliter la mobilité des entrepreneurs, des étudiants et des chercheurs.

Sériba Koné avec RFI

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici