(Afrique du Sud Reconversion) 10 ans après la coupe du monde en Afrique du Sud, le premier buteur  des bafana bafana se reconvertit en politique

(Afrique du Sud Reconversion) 10 ans après la coupe du monde en Afrique du Sud, le premier buteur des bafana bafana se reconvertit en politique

Le 11 juin 2010, la Terre entière a les yeux rivés vers l’Afrique. La première Coupe du monde de football africaine débute à Johannesburg. Une fierté pour la nation arc-en-ciel, et pour l’ensemble du continent. Dix ans plus tard, que reste-t-il de ce Mondial 2010 ? A-t-il permis de développer le foot en Afrique du Sud ? A-t-il aussi permis de changer une société toujours très fracturée ? Le premier buteur du tournoi, Siphiwe Tshabalala, héros national, raconte.
Ce soir de juin 2010, Siphiwe Tshabalala devient un héros national. Le petit attaquant, reconnaissable à ses dreadlocks et son numéro 8 dans le dos, délivre toute l’Afrique du Sud en inscrivant le premier but de la Coupe du monde de football. « C’était une atmosphère incroyable ce jour-là, raconte-t-il. Cela a toujours fait partie de notre culture d’avoir des ambiances de fêtes et des vuvuzelas. Donc je n’étais pas surpris quand le stade est entré en ébullition après mon but. »
Tshabalala se remémore la fierté d’avoir écrit une page de l’histoire avec les Bafana Bafana. Mais, selon lui, le livre du football sud-africain s’est arrêté là. Une vague d’enthousiasme vite retombée en quelque sorte, comme dans son cas personnel. « Il y avait beaucoup de grands clubs européens qui s’intéressaient à moi au début, comme le PSG par exemple, assure-t-il. C’est Arsène Wenger lui-même qui me l’a dit pendant la Coupe du monde. Mais c’est malheureux que rien ne se soit matérialisé par la suite. »
« Beaucoup reste à faire en Afrique du Sud »
La Coupe du monde 2010, c’était aussi des investissements massifs, c’était l’ambition d’offrir de nouvelles opportunités pour les Noirs sud-africains. Dix ans plus tard, le bilan est décevant, assure l’attaquant originaire du township de Soweto. « Beaucoup reste à faire, estime Siphiwe Tshabalala. Les Noirs en Afrique du Sud sont pauvres et ont faim. Ils veulent que l’on mette des ressources à leur disposition. Par exemple dans le sport, si vous voulez vraiment démocratiser le tennis ou le rugby, il faut investir dans les townships et non pas seulement dans les quartiers riches, et vous recevrez les fruits de ces investissements sur du long terme. »
Sa cote de popularité, elle, n’a pas changé aujourd’hui. Alors Tshabalala se réoriente vers l’activisme politique, plus précisément en faveur de la lutte anti-raciste en Afrique du Sud. Il est souvent consulté par le président Cyril Ramaphosa.
Avec RFI

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
%d blogueurs aiment cette page :