Accueil CONTRIBUTION Côte d’Ivoire-A 30 mois de la présidentielle de 2020: les prétendants s’entre-déchirent...

Côte d’Ivoire-A 30 mois de la présidentielle de 2020: les prétendants s’entre-déchirent sans programme (Geoffroy-Julien Kouao)

72
0
PARTAGER
Geoffroy-Julien Kouao
Après Félix Houphouët-Boigny…

A l’observation, le Tallon d’Achille de la politique ivoirienne est, indiscutablement, l’absence criante des idées. Les acteurs politiques ivoiriens nous ont habitués à leur ingéniosité  quant à produire des querelles et anecdotes politiques. Les gros titres de la presse nationale relatent, à l’envie,  les querelles de personnes, de chapelles politiques. Nulle  part, il est une fois fait mention  des idées. Question : Avec quoi, les prétendants à  la présidentielle de 2020 veulent gouverner la Côte d’ivoire ? A l’évidence, avec des querelles politiciennes. Pourquoi nos hommes politiques sont-ils incapables de produire des idées politiques ? La politique c’est un métier, une profession. Seuls ceux qui ont des idées peuvent l’exercer et bien l’exercer au profit de la collectivité. Tout étudiant de première  année de sciences politiques le sait : On dirige les hommes avec trois instruments : la force, l’argent et le savoir. Pourquoi en Côte d’ivoire, seuls la force et l’argent  structurent la vie politique, exclusion faite du savoir ? Je veux savoir.

La politique, étymologiquement, renvoie à la gestion de la cité. Gérer la cité c’est gérer les hommes. Gérer les hommes, c’est gérer leurs problèmes, et les problèmes des hommes sont d’ordres économique, social   et  politique.

Un homme politique ne peut  saisir, réellement, les problèmes des populations que s’il a une vision politique alimentée par une solide idéologie politique, économique et sociale. Et c’est ce qui manque cruellement  sur la scène politique ivoirienne. Il n’y a aucune offre politique, idéologiquement, crédible.

A 30 mois de la présidentielle de 2020, le moment est idéal pour les acteurs politiques de dérouler leurs programmes politiques qui vont  structurer la vie nationale. Le peuple, je pense, doit être exigent. C’est lui le principal consommateur des produits politiques.  Il ne doit plus accepter qu’on lui vende que de la querelle et des anecdotes politiques. Je remarque que chez nous, en Côte d’Ivoire, c’est moins les électeurs qui choisissent leurs représentants que les formations politiques et hommes politiques qui sélectionnent leur électorat. Dommage !

Le règne du savoir des idées

La presse aussi, doit jouer sa partition en donnant la part belle aux hommes et femmes politiques qui ont des idées, qui font de la politique avec des idées.

Après trois décennies de règne de la force et de l’argent, 2020 doit symboliser l’aube d’une nouvelle ère : le règne du savoir, des idées.

Mesdames et Messieurs les prétendants à la présidentielle de 2020, je vous invite, maintenant à vous prononcer sur les grandes thématiques et les enjeux majeurs de la société ivoirienne. Quelles sont les valeurs sociétales que vous voulez porter ? L’identité nationale, l’ordre, la sécurité, la famille ou bien, la diversité, la tolérance, le libéralisme culturel, les droits ? Ce sont des questions fondamentales, existentielles pour une nation. Nul ne peut prétendre gouverner un grand pays comme la Côte d’Ivoire sans avoir préalablement réfléchi sur ces thématiques et les introduire dans une vision politique. La politique migratoire ne met-elle pas en péril l’identité nationale, au contraire ne l’enrichit-elle pas ? Pourquoi notre société est-elle devenue aussi anxiogène ?  Quelle doit être notre nouvelle politique sécuritaire ? Ce sont les réponses à ces questions dont ont besoin les ivoiriens et non qui sera le candidat du RHDP,  du FPI ou des ex-forces nouvelles.

Quels sont les nouveaux modèles économiques, institutionnels, écologiques ou technologiques que les hommes et femmes politiques proposent pour donner une vision optimiste de l’avenir. Nos institutions sont –elles, suffisamment, fortes pour porter les exigences démocratiques ? Pouvons –nous valablement continuer cette politique libérale, capitaliste dans un Etat sans capitaux ? Quel est, en dehors des instruments internationaux, notre stratégie écologique, pourquoi nos villes sont toujours inondées, notre politique écologique permet-elle d’optimiser notre potentiel agricole ? Comment tirer le maximum profit des avancés technologiques pour moderniser notre administration et réduire la pénibilité du travail ?  Ce sont les réponses à ces questions que les ivoiriens veulent savoir et non des déclarations impolitiques pour désigner des candidats putatifs pour 2020.

Ces questions qui attendent des réponses

En 2020, allons nous adopter une politique protectionniste, mettre en avant la souveraineté monétaire et budgétaire ? La mondialisation nous a-t-elle enrichit ou appauvrit ? Pouvons nous concurrencer les multinationales sur le marché national, notre tissu industriel ne va-t- il pas à son déclin ? Doit-on oui ou non continuer avec le franc CFA, cinquante ans après notre indépendance ? Avons-nous la capacité, les ressources humaines pour gérer rationnellement une monnaie ? Quels sont les avantages et les inconvénients de notre sortie de la zone franc ? La création d’une monnaie régionale sans le tutorat de l’ancienne puissance coloniale est –elle, économiquement, viable ? Ce sont  les réponses à ces questions  qui font et donnent à un individu  la stature d’un homme ou d’une femme politique.

Au niveau social, pour créer davantage le bien-être  des populations, allons-nous mettre l’accent sur la propriété, l’entreprise, la fiscalité, la responsabilité ? Comme utiliser rationnellement la fiscalité pour inciter la création d’entreprises, subséquemment, de nouveaux emplois ? Comment rendre nos entreprises nationales compétitives, comment susciter le goût de l’entreprise chez nos enfants qui sortent des écoles ? Voici des questions que se pose un homme ou une femme politique et non comment je vais tromper ou intimider tout le monde pour être président en 2020.

…sa succession enfle toujours la polémique

Toujours au niveau social, la question des salaires, celle des conditions de travail, la place du service public, la question de la sécurité sociale. Notre politique de la retraite n’est-elle pas obsolète, comment assurer une meilleure retraite  à nos concitoyens, l’âge de départ à la retraite est-il en adéquation avec nos impératifs budgétaires et d’emplois ? Nos services publics peuvent-ils continuer de fonctionner avec les règles adaptées aux services privés ? Comment mettre fin aux privilèges accordés aux dignitaires de l’Etat pour une meilleure répartition de la richesse nationale ? Qu’est-ce qui explique la fragilité des infrastructures sociales, le code des marchés publics est-il d’actualité ? Quelles solutions aux grèves récurrentes dans le service public ? Voici un corpus de questions auxquelles   les hommes et les femmes qui aspirent diriger les ivoiriens en 2020 doivent dès maintenant répondre. Pour 2020, mettons de côté la force et l’argent, donnons la priorité aux idées.

Geoffroy-Julien Kouao (Écrivain-Juriste et Analyste Politique. Auteur de « Et si la Côte d’Ivoire refusait la démocratie ? »)

Ndlr: les titres sont de la rédaction

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici