Accueil A LA UNE Affaire ‘’Laurent Gbagbo, père de l’escadron de la mort’’ : Michel...

[Côte d’Ivoire] Affaire ‘’Laurent Gbagbo, père de l’escadron de la mort’’ : Michel Gbagbo répond à un proche de Guillaume Soro

501
0
PARTAGER
Michel Gbagbo, le fils de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. À titre d'illustration

Dans un communiqué de presse du 7 août 2017, Michel Gbgabo, le fils de l’ex-président ivoirien détenu à La Haye a apporté la ‘’réponse’’ à Franklin Nyamsi, l’un des proches du président de l’Assemblée nationale Soro. Celui-ci accuse Laurent Gbagbo de ‘’père d’escadron de la mort.’’

Franklin Nyamsi, l’un des proches du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. À titre d’illustration

« Un laudateur de Monsieur Guillaume Soro, un certain Franklin Nyamsi a, à l’occasion de tweets, indiqué que le « père des escadrons de la mort » serait mon père, le Président Laurent Gbagbo », explique d’entrée de jeu Michel Ggagbo pour planter le décor.

« Dans sa diarrhée verbale, le dénommé Nyamsi a aussi soutenu d’autres élucubrations. Je tiens à rappeler à Monsieur Nyamsi que contrairement à son maître, mon père n’est pas arrivé en politique à la tête d’une rébellion ayant endeuillé les Ivoiriens.

Le combat politique de mon père s’est toujours inscrit dans une lutte idéologique et démocratique. Le Président Laurent Gbagbo est le père incontesté et incontestable du multipartisme en Côte d’Ivoire », indique-t-il.

Si au plus fort de la crise, la justice française avait condamné des journalistes de ‘’propos diffamatoires’’ quant à l’utilisation de ‘’escadron de la mort’’, lui s’en réserve : « Je rappelle que par le passé, la justice française a condamné des journalistes ayant tenu des propos diffamatoires relatifs aux prétendus « escadrons de la mort » imputés à tort au Président Laurent Gbagbo. Je me réserve donc le droit de déposer plainte. »

Avant de ramener Franklin Nyamsi à l’histoire récente de la Côte d’Ivoire : « Je rappelle enfin que la nécessaire réconciliation en Côte d’Ivoire n’octroie pas le droit de travestir la réalité de ce pays et/ou d’en occulter les principaux problèmes. Le nombre massif d’Ivoiriens vivant dans des camps de réfugiés dans toute la sous-région, ces Ivoiriens qui grossissent le nombre de migrants tentant au risque de leur vie la traversée de la Méditerranée ne peuvent être camouflés de manière ridicule, pathétique et déconnectée de la réalité, par des propos laudatifs à l’égard de Monsieur Guillaume Soro. »

Kpan Charles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici