Accueil A LA UNE Arrêté puis relâché par la DST : voici les premiers mots...

[Côte d’Ivoire] Arrêté puis relâché par la DST : voici les premiers mots de Gnangbo Kacou (conférence de presse)

275
0
PARTAGER
Une vue de la table de la conférence de presse

-« On a refusé que je me sacrifie pour notre pays »

« On m’a pas compris. Et mon intention n’était pas de troubler l’ordre public. C’est pourquoi j’ai voulu avec mes collaborateurs, marcher en file indienne pour ne pas perturber la circulation. Mon seul but était de m’infliger cette souffrance pour impacter la conscience de chaque ivoirien. À commencer par le Chef de l’État, sur la nécessité de nous réconcilier. Mais on a refusé que je me sacrifie pour notre pays.

(…) Je n’arrive même pas à Noé où devait débuter la marche, on m’embarque et m’annonce que la DST m’a demandé. Direction Abidjan, après des coups de fil entre eux, on me dépose à mon domicile et m’interdit de marche jusqu’à nouvel ordre. (…).

Je veux dire merci aux ivoiriens car quitter Noé à Abidjan, c’est 3h du temps au moins, c’est après que j’ai observé la toile que les ivoiriens en ont réagi au point de m’étonner. C’est sûrement les réactions pour un citoyen en œuvre pacifique qui ont changé les choses… »

A lire sur même sujet: http://crocinfos.com/cote-divoire-gnangbo-kacou-interpelle-pour-avoir-voulu-marcher-pour-la-liberation-des-prisonniers/

Gnangbo Kacou, candidat malheureux à la présidentielle de 2015, a été arrêté le vendredi 30 novembre 2017, au corridor de Noé par le capitaine Silué.

Alors qu’il devrait depuis Noé une marche de 195 km en 18 jours pour exiger la libération des  ‘’prisonniers politiques’’.

Le Montagnard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici