Accueil A LA UNE Des adolescents et des jeunes sensibilisés sur le Vih/Sida et les...

[Côte d’Ivoire] Des adolescents et des jeunes sensibilisés sur le Vih/Sida et les Mst #santé

82
0
PARTAGER

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (Unfpa), en collaboration avec le Fond Français Muskoka ont présenté la série Tv intitulée « C’est la vie » le 4 décembre 2017 à  l’Institut français  d’Abidjan, Côte d’Ivoire, en marge de la 19 ème conférence internationale sur le sida et les maladies sexuellement transmissibles en Afrique Isaca qui se tient du 4 au 9 décembre, à Abidjan pour sensibiliser les adolescents et la jeunesse sur les fléaux.

Après des témoignages de certains jeunes qui vivent avec la maladie, il y a eu la      projection du film intitulé : ‘’C’est la Vie’’. Santé, place de la femme, viol ou encore excision, tous ces thèmes, même lourds, sont abordés dans cette série panafricaine bien particulière tournée ces derniers mois. C’est la Vie, réalisée par le cinéaste sénégalais Moussa Sène Absa, a été tournée à Dakar, avec Marguerite Abouet à l’écriture et le Camerounais Emil Abossolo-Mbo à la direction des acteurs. C’est une série pleine d’humour, initiée par une ONG sénégalaise, le Réseau africain pour l’éducation, la santé et la citoyenneté, qui sensibilise sur les questions de santé de la femme et de l’enfant.

Le Directeur régional de l’Unfpa pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingue Ngom. Ph.Dr

« Nous notons aujourd’hui beaucoup moins de décès liés au sida, moins d’infections et de meilleurs taux de couverture en termes d’accès au traitement, que par le passé. Ces progrès concernent aussi l’Afrique, même si les pays sont toujours confrontés à des défis redoutables », a indiqué le Directeur régional de l’Unfpa pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingue Ngom lors du discours d’ouverture.

À l’en croire, les engagements des États et la communauté internationale font espérer à la fin de l’épidémie en 2030. « Ces aspirations légitimes nous obligent ‘’à une approche différente’’ pour un rendez-vous diffèrent des autres », a expliqué Mabingue Ngom.

« Seule une approche différente peut changer le sort des populations des régions comme l’Afrique de l’Ouest et du Centre », a-t-il ajouté.

Kpan Charles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici