Accueil A LA UNE Environ 5000 sinistrés des inondations de Bangolo lancent un SOS #aide

[Côte d’Ivoire] Environ 5000 sinistrés des inondations de Bangolo lancent un SOS #aide

223
0
PARTAGER
Des images de l'inondation

– La ministre Mariatou Koné attendue samedi 23 septembre 2017

Les victimes des inondations de Bangolo, ville située à plus de 500 km d’Abidjan dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, recevront la visite de la ministre de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité, le Pr Mariatou Koné, samedi 23 septembre 2017 pour exprimer la compassion et apporter le soutien du gouvernement aux sinistrés.

La ministre Mariatou Koné, de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité, attendue samedi 23 septembre 2017

Des pluies diluviennes qui s’étaient abattues sur la ville le 3 septembre ont détruit plusieurs habitations et fait plus de 5000 sinistrés sans-abris, selon le collectif des filles et fils de Bangolo, composé des cadres, travailleurs et tous les ressortissants du département de Bangolo. Un Collectif présidé par Oula Cyriac, directeur des affaires financières (Daf) à  Ghandhour avec pour vice-président, Amos Beonaho, cadre du département.

Au plan local, un comité de crise dirigé par le préfet du département, Fofana Brahima, reçoit des dons de bonnes volontés et les redistribue ‘’correctement.’’

« Tout ces gestes de bonne volonté sont faits à l’endroit de 5000 sinistrés, soit 500 familles dont les maisons se sont effondrées sous les inondations », indique Djéoulaï Ambroise Bionao, membre dudit comité.

Au quartier Wongbahé et Lohin où l’on dénombre le plus de dégâts matériels, les élèves de l’école Magic Systèm du quartier Wongbahé ont commencé l’inscription. « Les inscriptions ont commencé, mais les sinistrés ploient sous le poids de la misère et attendent toujours de l’aide. Eux, qui ont tout perdu dans le sinistre », ajoute M. Djéoulaï.

L’appel au secours est loin d’être terminé même si les eaux ont disparues par endroit. « Le collectif lance un SOS à toutes les bonnes volontés pour porter secours aux sinistrés », lance le vice-président du collectif. En plus du soutien du gouvernement et l’aide attendu les dons des filles et fils ainsi que ceux des bonnes volontés sont toujours attendus.

Les enfants, et surtout les élèves dont les parents ont tout perdu, sont les premières victimes en cette rentrée scolaire 2017-2018. « On avait déjà de sérieux problèmes financiers, avec ce sinistre nous ne savons plus à quel saint se vouer. L’avenir de nos enfants vient de prendre un sérieux coup », se lamente Anatole du quartier Lohin, joint par téléphone.

Les rivières, Lédeao et Dohosayé, qui coulent à moins d’un km de la ville, sur lesquelles un pont est érigé (sur l’axe Bangolo-Man), serait à la base de cette inondation. « Elles sont sorties de leur lit, c’est, selon les premières interprétations, la cause du sinistre », révèle notre source qui ajoute de prendre l’information au ‘’second degré’’ en attendant l’avis des experts.

Kpan Charles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici