Accueil A LA UNE La commune de Yopougon ‘’surprise’’ par l’‘’Opération Vacances sécurisées’’ #sécurité

[Côte d’Ivoire] La commune de Yopougon ‘’surprise’’ par l’‘’Opération Vacances sécurisées’’ #sécurité

403
0
PARTAGER
Une vue d'une des artères de Yopougon. Ph.Dr

La plus grande commune d’Abidjan (plus de 50 sous-quartiers) Yopougon, était par endroit le théâtre de jet de bombes lacrymogènes, d’affrontement entre plusieurs éléments de la police CRS1, 2, de la Ccdo et des populations le mercredi 6 septembre 2017.

Aux environs de 10 heures, des unités de ces corps de sécurité ont jeté l’émoi au sein des populations qui vaquaient tranquillement à leurs occupations quotidiennes aux abords des voies reliant la grande artère du quartier ‘’Siporex’’ et celle reliant le quartier ‘’Sable’’ à celle du quartier Jean-Paul II. Une descente musclée des forces de l’ordre qui a tout perturbé à Yopougon et enflé la rumeur.

Armes au poing ou matraques en main les policiers se sont attaqués à plusieurs personnes et fait plusieurs interpellations dans le rang des vendeurs et apprentis gbaka. Une journée mouvementée au cours de laquelle la rumeur a vite circulé faisant état d’affrontement entre ‘’microbes’’ ou ‘’enfants en conflit avec la loi’’ et les forces de l’ordre.

En fin de compte, ce fort détachement des hommes en armes n’étaient autre qu’une opération dénommée ‘’Vacances sécurisées.’’ Cette opération vise, selon les autorités policières à ‘’débarrasser’’ les trottoirs des commerçants, à démanteler des fumoirs et à traquer des délinquants et des ‘’microbes.’’

Une opération qu’on pourrait qualifier de ‘’coup de poing’’ et/ou de ‘’coup de matraque’’ qui, aux dernières nouvelles se serait soldée par  plusieurs interpellations. Perturbant pendant plusieurs heures de la journée, les activités commerciales (des commerces ont fermé) et le trafic routier.

Le calme est revenu dans la soirée, mais c’est aux pas de course que les piétons regagnent leur domicile.

Dans la nuit de jeudi 31 août 2017, des jeunes bandits communément appelés « microbes », ont tué froidement à l’arme blanche un élément de police en civil au quartier « Sable » de Yopougon.

Les policiers de la promotion 2008-2009 dont est issus Koffi Yao Esaië, atrocement tué par les « microbes » ne veulent pas laisser cet acte ignoble impuni. Selon Soir info, après des affrontements sanglants, dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 septembre. Certains sont repartis sur les lieux pour rechercher le chef des délinquants qui leur a échappé lors de leur descente musclée. « Il nous le faut. Tant que nous ne l’avons pas, nous maintiendrons la pression sur eux. Qu’ils sachent que nous voulons l’un de leurs chefs mort ou vif. C’est un acte terroriste qui a été posé dans la famille des policiers et ces microbes devraient l’assumer » a affirmé l’un des lieutenants. Yao Esaïe, fonctionnaire de la police, a été sauvagement tué à Yopougon Sable, alors qu’il tentait de sauver une dame des mains des microbes.

Kpan Charles.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici