[Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020] Seth Koko se désolidarise des manifestations de rue contre la candidature de Ouattara et propose

[Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020] Seth Koko se désolidarise des manifestations de rue contre la candidature de Ouattara et propose

Abidjan, 14-08-2020 (crocinfos.com) Le président du mouvement politique et citoyen l’ALTERNATIVE-CI, Seth Koko s’est désolidarisé des manifestations de lutte contre la candidature du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara à la présidentielle d’octobre 2020.

S’exprimant à travers un communiqué rendu public ce vendredi 14 août 2020, il n’a pas marqué un intérêt particulier aux différents soulèvements qui ont secoué, ces derniers jours, certaines localités de la Côte d’Ivoire contre l’envi du président de la République de briguer un troisième mandat à la tête du pays.

Même si par cette déclaration il ne rejoint pas les autres organisations de la société civile et les principaux partis politiques de l’opposition qui ont appelé à des marches éclatées le jeudi 13 août 2020, le candidat déclaré à cette élection a sévèrement taclé Alassane Ouattara pour son choix d’être candidat à sa propre succession.

Le leader de ALTERNATIVE-CI a, en effet, dénoncé le caractère illégale de l’annonce de la candidature du locataire du palais de la présidence d’Abidjan-Plateau, lors de son adresse à la nation le jeudi 6 août, à la veille de la fête nationale. Selon lui, le chef de l’État a ainsi choisi cette tribune spéciale de ce jour consacré à la nation pour répondre à « un appel de son parti politique le RHDP ».

« Foulant ainsi aux pieds les dispositions constitutionnelles sur la limitation du nombre de mandats, mais aussi de la non confusion de la volonté des partis politiques avec celle de la nation », a-t-il critiqué.

Rappelant aussi que, M. Ouattara a été élu en 2010 puis réélu en 2015, sous la constitution de la 2e République et qu’il a donc effectivement exercé ses deux mandats de la 2e République qui prennent fin le 31 octobre 2020, Seth Koko a indiqué que le président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) n’est donc pas concerné par la constitution de la 3e République.

« Ce qui avait d’ailleurs été défendu en son temps par les rédacteurs de cette constitution, par le Chef de l’État lui-même et ses proches collaborateurs également », a-t-il précisé. Tout en ajoutant qu’à travers cette décision, Alassane Ouattara se rend “coupable de Parjure et de Haute Trahison’’.

Ainsi, face à cette situation qui est aujourd’hui source d’instabilité pouvant engendrer des troubles graves à travers tout le pays dans les jours et mois à venir, le mouvement politique et citoyen l’ALTERNATIVE-CI avec son leader Seth Koko, candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020, a fait plusieurs propositions de solutions.

Il demande entre autres, aux juridictions supérieures de la République de Côte d’Ivoire que sont, le Conseil Constitutionnel et la Haute Cour de Justice de s’auto-saisir en urgence de ce dossier d’Etat afin de ramener le Chef de l’État à respecter la loi fondamentale dont-il est le garant ; ainsi que le report du scrutin présidentiel de six mois afin d’appliquer les recommandations de la Cours Africaine des Droits l’Homme et des Peuples, et organiser une élection apaisée, crédible et équitable.

Toujours dans cette même note d’information, Seth KOKO a recommandé au parti au pouvoir de désigner un candidat éligible conformément à la constitution, en remplacement du Président sortant qui termine son 2e et dernier mandat.

M. Steph a également demandé à Alassane Ouattara d’ordonner sous huit jours une décision de suspension de sa participation au scrutin du 31 octobre 2020, au cas où les juridictions supérieures de la nation s’avéraient passives sur la question de la candidature déclarée du Président sortant.

« Le Président de la République doit respecter les lois afin que le peuple puisse les respecter à son tour », conclu le communiqué dont copie a été transmise à plusieurs institutions nationales et internationales, à savoir le Conseil Constitutionnel, la Haute Cour de Justice, la Commission Électorale Indépendante, la CEDEAO, l’ONU, etc.

Georges Kouamé

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )