Accueil A LA UNE Protection des droits de l’enfant : Diakité Coty interpelle les journalistes...

[Côte d’Ivoire] Protection des droits de l’enfant : Diakité Coty interpelle les journalistes #droitdesenfants

72
0
PARTAGER
L’ancien ministre de la communication, Diakité Coty, (Au centre), en compagnie des signataires de la charte révisée du Ramede-CI. Ph Dr.

«Je compte sur vous…»

Le Réseau des acteurs des médias pour les droits des enfants en Côte d’Ivoire (Ramede-CI) a procédé jeudi 21 septembre 2017, à la Maison de la presse d’Abidjan (MPA) au Plateau à la présentation de la Charte révisée des professionnels des médias ivoiriens pour la protection des droits de l’enfant. Cérémonie au cours de laquelle, l’ex-ministre de la Communication Diakité Coty, par ailleurs l’invité d’honneur du réseau a interpellé les acteurs des médias.

L’invité d’honneur du Ramede-CI, l’ancien ministre de la Communication, Diakité Coty, a interpellé les journalistes quant au traitement des informations liées à la protection des droits de l’enfant et à assurer avec beaucoup de ‘’rigueur et de professionnalisme leur noble métier’’. «(…) Soyez des forces de propositions pour rendre davantage meilleur votre image, au sein de la population. Je sais pouvoir compter sur vous et vous fais pleinement confiance», a indiqué M. Coty aux journalistes.

Par ailleurs, nouvelle charte révisée comprend 26 articles et a été signées par neuf organisations de journalistes, au nombre desquelles des structures de régulation et d’auto-régulation et le Parlement des enfants de Côte d’Ivoire (Peci). Tous se sont engagés à défendre et à protéger les droits des enfants dans les médias.  Cette Charte, la deuxième du genre, est la version révisée et actualisée de la première charte éditée par le réseau en 2005.

Pour le Président du Conseil d’Administration du Ramede-CI, Mamadou Doumbia, cette cérémonie va permettre de remobiliser les journalistes pour la cause des enfants dans le pays : «(…) Cette cérémonie marque la volonté  de tous les acteurs  de  medias, des droits  de l’homme et plus spécifiquement des droits de l’enfant, de s’approprier ladite charte  pour en faire un instrument de travail au quotidien. Cette cérémonie est certes importante. Mais, elle  ne représente qu’une étape  dans la longue marche  du réseau  pour  l’accomplissement des droits  de l’enfant en Côte d’Ivoire et partout en Afrique. En effet, le Ramede-CI  entrevoit la mise  en place  d’un observatoire des droits de l’enfant. Cet observatoire assurera un rôle  de veille en ce qui concerne la situation de l’enfant  dans l’ensemble des médias exerçant en Côte d’Ivoire. Nous prévoyons au cours des prochaines années mettre l’accent sur les activités de plaidoyer et surtout la mobilisation du monde de la communication dans les différentes actions citoyennes.»

Non sans marquer toute la reconnaissance du Ramede-CI à l’Ong internationale Save the Children, et à travers cette structure exprimer la gratitude du réseau à l’Agence suédoise de coopération au développement International (Sida) pour son soutien aux journalistes de Côte d’Ivoire.

Le Pca du Ramede-CI plaide pour une petite prolongation de la date de clôture des productions au concours Ebony. M. Doumbia a ensuite témoigné sa gratitude à certains acteurs clés des médias en Côte d’Ivoire dont le président de l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (Olped), Zio Moussa, au Directeur général de l’Istc, Alfred Dan Moussa, à l’ancien président et à l’actuel président du Conseil national de la presse, Eugène Kacou et Raphaël Lapké.

Le Pca du Ramede-Ci a également rendu un vibrant hommage au président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), Sy Savané Ibrahim, et à son directeur général, Maître Bourgoin. Mamadou Doumbia a enfin témoigné sa gratitude  au président d’honneur, l’ancien ministre de la Communication, Pca du Fonds d’entretien routier (Fer) Diakité Coty Souleymane. Enfin, le numéro un du Ramede-CI a annoncé la reconduction des Prix Ramede-Cns contre le travail des enfants et le Prix spécial Unicef pour les droits des enfants sont reconduits pour la prochaine édition de la Nuit des Ebony.

«La nouveauté cette année est que nous avons obtenu de notre partenaire Unicef, un forfait pour des journalistes qui voudront faire de grands genres sur les thématiques liées aux enfants. Nous demandons l’indulgence du jury, pour une petite prolongation de la date de clôture des productions», a-t-il plaidé.

Une correspondance extérieure de F. Ali

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici