Accueil A LA UNE Le financement de l’Initiative pour l’indépendance vaccinale a plus que doublé...

[Côte d’Ivoire Santé] Le financement de l’Initiative pour l’indépendance vaccinale a plus que doublé en 2017 (communiqué #Unicef)

125
0
PARTAGER

Les financements disponibles pour l’initiative pour l’indépendance vaccinale (IIV), ont plus que doublés et passent de 15 à 35 millions de dollars américains, a rapporté l’Unicef le 13 décembre 2017. C’est un mécanisme destiné à aider les pays à sécuriser leur approvisionnement en vaccins vitaux pour les enfants.

Une adolescente recevant des gouttes

Cette augmentation a notamment été rendue possible grâce à une garantie financière de 15 millions de dollars offerte par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui vient s’ajouter au capital de départ auquel contribuent également Gavi, l’Alliance du vaccin, et le Fonds des États-Unis pour l’Unicef.

L’initiative pour l’indépendance vaccinale est un outil qui permet de minimiser les ruptures de stock de vaccins et d’assurer que davantage d’enfants reçoivent les vaccins à temps.

Depuis 2016, elle a permis de fournir 91 millions de doses dans 23 pays, plus rapidement que cela n’aurait été autrement possible.

« Les mécanismes de financement tels que l’initiative d’appui à l’indépendance vaccinale sont des outils essentiels pour améliorer et garantir financièrement l’approvisionnement en vaccins, et ainsi s’assurer qu’ils atteignent les enfants quand ils en ont le plus besoin », a expliqué Shanelle Hall, directrice adjointe de l’Unicef pour les résultats programmatiques. « Il est important de poursuivre notre appui aux pays, en collaboration avec nos partenaires et les donateurs, en tenant compte des efforts financiers qu’ils accomplissent, des inégalités constatées dans les pays à revenu intermédiaire et de l’agenda plus large des objectifs du développement durable», a-t-elle ajouté.

En effet, plus de 60 pays à faible revenu bénéficient actuellement de l’appui de Gavi pour l’achat de vaccins vitaux pour les enfants, incluant la Côte d’Ivoire. Selon Dr. Béchir Aounen, Chef de la survie de l’enfant à Unicef Côte d’Ivoire, le pays est sur la bonne voie vers l’indépendance vaccinale : « La Côte d’Ivoire a enregistré en 2017, sa première année sans rupture de vaccins depuis une décennie. C’est grâce à la contribution de l’Unicef, de Gavi, du fond pour l’indépendance vaccinale de la Fondation Bill et Melinda Gates, mais aussi grâce à un investissement significatif de l’État. »

Les raisons profondes. Alors les économies se développent et que ces pays s’émancipent du soutien de l’Alliance du vaccin, l’initiative d’appui à l’indépendance vaccinale leur permet néanmoins d’avoir accès à des financements provisoires à court terme, en attendant de pouvoir mobiliser les budgets nationaux. En outre, les pays sont accompagnés dans le processus de planification et de budgétisation d’achat de ces intrants essentiels pour leurs populations. « Nous savons, grâce au dialogue que nous avons avec les dirigeants du monde entier, que les pays qui s’émancipent du soutien de Gavi peuvent faire face à des contraintes budgétaires et techniques significatives lorsqu’il s’agit de sécuriser leur approvisionnement en vaccins », a indiqué le docteur Orin Levine, directeur de la distribution des vaccins pour la Fondation Bill et Melinda Gates. « La Fondation, ainsi que les autres partenaires de l’Alliance pour le vaccin, se sont engagés à aider ces pays à surmonter les défis qu’ils rencontrent. L’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale est un outil qui nous permet de nous assurer que les enfants, où qu’ils soient, sont protégés contre les maladies que les vaccins peuvent prévenir. »

Les vaccins constituent l’une des interventions sanitaires les plus efficaces de l’histoire. Ils ont permis de réduire de plus de la moitié le nombre de décès d’enfants depuis 1990. Pour chaque dollar dépensé pour les vaccinations infantiles, les pays reçoivent 44 dollars d’avantages économiques et sociaux.

La couverture vaccinale mondiale pour l’ensemble de vaccins de base s’élevait à 86% en 2016, la plus élevée jamais enregistrée. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour assurer la pérennité des systèmes nationaux de vaccination et des financements, et rendre disponibles les intrants essentiels pour les enfants.

« Des outils comme l’Initiative pour l’indépendance vaccinale deviennent de plus en plus importants car les pays en développement investissent de plus en plus leurs propres ressources dans leurs programmes vaccinaux, dans ce cas en créant un approvisionnement en vaccins stable et prévisible », a déclaré le Dr Seth Berkley. PDG de Gavi. « Ce nouvel investissement donnera donc un coup de pouce bienvenu aux pays qui s’acheminent vers l’autosuffisance, en faisant en sorte que les enfants ne soient pas privés des vaccins qui leur sauvent la vie. »

Les pays qui augmentent leurs budgets. Les contributions récentes à l’initiative pour l’indépendance vaccinale sont essentielles pour aider les pays qui augmentent leurs budgets nationaux pour acheter des vaccins, tels que le Tchad et le Kenya. En outre, son expansion a permis à de nouveaux pays tels la Côte d’Ivoire d’adhérer au mécanisme. De plus en plus de pays discutent activement leur participation à l’initiative. Ces efforts contribuent à fournir durablement des intrants pour la vaccination d’un nombre croissant de nouveau-nés dans ces pays.

Kpan Charles

Encadré

L’histoire de l’initiative pour l’indépendance des vaccins. Lancée en 1991, l’Initiative pour l’indépendance des vaccins est un mécanisme financier qui permet aux gouvernements de gérer les déficits budgétaires temporaires et de faciliter l’approvisionnement en temps opportun des intrants essentiels. Elle offre des conditions de crédit flexibles aux pays, ce qui leur permet de payer une fois les intrants livrés, de réduire les ruptures de stock et d’assurer une fourniture systématique et durable des biens. En 2015, afin de répondre à l’utilisation croissante des budgets nationaux pour financer les intrants, le Conseil d’administration de l’Unicef a approuvé l’élargissement du capital de base de 10 à 100 millions de dollars, sous réserve des contributions des donateurs, et autorisé l’élargissement de son champ d’application au-delà des intrants nécessaires pour la vaccination. Depuis lors, l’Unicef a intensifié ses efforts de mobilisation de ressources afin d’encourager les contributions des donateurs gouvernementaux et du secteur privé au capital de base de l’initiative. À la fin de 2017, celle-ci a été financée à hauteur de 35 millions de dollars grâce au soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Gavi et du Fonds des États-Unis pour l’Unicef.

Kpan Ch.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici