Accueil A LA UNE Une nouvelle forme de “ terreur” naît dans le pays

[Côte d’Ivoire] Une nouvelle forme de “ terreur” naît dans le pays

135
0
PARTAGER
Un élément des forces de l'ordre, prêt à agir. Ph.Dr

Alors même qu’une partie de l’opinion ivoirienne avait pensé que le réaménagement technique au niveau du gouvernement intervenu récemment allait mettre fin aux attaques sporadiques par des individus ‘’sans visages’’, que survînt une nouvelle forme de “terreur” avec cette fois des cibles bien identifiées notamment les postes de gendarmerie, les commissariats de police et des établissements financiers.

Attaque de l’Ecole de Police: Conférence de presse au ministère de la Défense Mardi 25 juillet 2017. Ph.Dr

Cette nouvelle forme de terrorisme prend forme sur les cendres d’une guerre meurtrière qui a fait 3000 morts (officiels) en Côte d’Ivoire, après la crise postélectorale de 2011. Au moment même où, la situation sociopolitique quelque peu tendue (alternance 2020), créé la psychose  au sein des populations. Décryptage.

L’école nationale de police dans la commune de Cocody, avec pour cible, les locaux du  CCDO (Centre de Coordination Des Décisions opérationnelles) a été attaquée, le 19 juillet 2017, aux environs de 22 heures.  Quelques minutes après, d’autres individus ‘’puissamment armés’’, attaquaient les commissariats de police du 16ème, 17ème arrondissement et la BAE (Brigade anti-émeute) de Yopougon.

Trois jours plus tard, ils ont remis le couvert le 22 juillet en attaquant la Brigade de gendarmerie d’Azaguié, localité située à une quarantaine de km au nord d’Abidjan (sud du pays). Comme pour annoncer une nouvelle forme de ‘’terreur’’, c’est au tour de la ville de Fresco, une localité balnéaire du sud-ouest du pays d’être la cible de ces terroristes encagoulés.

Les assaillants ont utilisé le même mode opératoire et la même stratégie. Attaquer les postes, séquestrés les éléments des forces de l’ordre, piller des établissements financiers  et emporter des armes en s’évanouissant dans la nature.

En effet, quelques jours plus tôt, après que des hommes armés et cagoulés aient  attaqué  l’école de police, et s’être emparé des armes et du matériel militaire dans l’armurerie et braquant des véhicules avant de prendre la fuite, une partie de cet armement avait été retrouvé après un accrochage avec les assaillants dans le quartier populaire de Yopougon, qui a coûté la vie à un membre des forces de l’ordre.

Alors même que l’on pensait que l’arrestation et la radiation de 5 éléments des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci) allaient freiner l’ardeur de ces ‘’terroristes’’ qu’ils ont remis le couvert à Fresco tenant la ville en respect pendant 2 heures d’horloge (de 22h à minuit). Ces différentes  attaques sont intervenues alors que le gouvernement ivoirien a mobilisé plus de 10.000 hommes pour assurer la sécurité des VIIIès Jeux de la Francophonie, qui se sont ouverts le 21 juillet 2017 dans la capitale économique ivoirienne Abidjan.

La psychose gagne les populations ivoiriennes

Une vue de l’école de police. Ph.Dr

Cette situation, comme il fallait s’y attendre trouble la quiétude des populations créant ainsi un climat d’insécurité avec son corollaire de psychose. Et ce, en dépit des assurances des ministres Hamed Bakayoko(Défense) et Sidiki Diakité (Sécurité et intérieur), du chef d’état-major des Armées, le général Touré Sékou  ainsi que du Directeur général de la police Youssouf Kouyaté.  Face à cette situation, “ les sécurocrates ivoiriens”, n’ont d’autres alternatives que de déployer la grosse batterie.

Faire voler les hélicoptères de guerre de type MI24, dans le ciel ivoirien comme cela a été le cas, après les attaques de l’école de police et des commissariats de police de Yopougon et les institutions financières ainsi que la Brigade de gendarmerie de la ville de Fresco.

Cette nouvelle forme de terrorisme est à prendre très au sérieux surtout que depuis quelque temps, la Côte d’Ivoire connaît des convulsions sociopoltiques à trois ans des échéances électorales de 2020, qui suscite déjà des passions surtout au sein de la grande famille du Rassemblement des houphouestistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Où le débat sur l’alternance entre le parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) et le Rassemblement Des Républicains(RDR) alimente toutes les conversations, les animateurs des deux chapelles politiques se livrant une guerre à distance à fleurets mouchetés.

EKB

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici