De Madia (Issia) à Abidjan, une seule règle à respecter : les consignes du gouvernement

De Madia (Issia) à Abidjan, une seule règle à respecter : les consignes du gouvernement

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Madia (Issia) ou à Abidjan, une seule règle, respecter les consignes du gouvernement. La discipline, la responsabilité, le civisme, la transparence, j’ajoute, la solidarité, c’est ici et là-bas. C’est le seul moyen de gagner la « guerre » contre le Coronavirus. Une chose est sûre: nous sommes cernés. Mais nous sommes déjà nés. Nous devons faire face au défi de cette maladie. Vivre ou périr.

Les chiffres ne doivent plus nous faire peur. Au contraire, ils doivent nous ouvrir les yeux sur la gravité de ce virus. Officiellement, 73 cas confirmés, 48 nouveaux cas en une journée. Mes sources me parlent même de 79 cas…

Faisons le calcul simple tiré de notre vécu. Un homme ou une femme en Côte d’Ivoire, est en moyenne entouré par dix personnes. Si nous avons 73 cas, il faut théoriquement multiplier ce chiffre par 10 au moins. Soit, 730 potentiels contaminés. Et ça, c’est l’échelle basse… Il faut dès lors considéré que le virus est bien installé dans notre environnement. D’où les mesures fortes du gouvernement. Conseil d’un spécialiste, « les personnes âgées doivent faire preuve de prudence. Elles doivent renforcer leur immunité avec des aliments riches en vitamines (C, B, …). Elles doivent préparer leur organisme à affronter le virus et à le combattre».

‘’La Côte d’Ivoire solidaire’’

La nuit dernière a été chaude dans la capitale. Première nuit de couvre-feu. Tout le monde a écouté ton camarade. Tout le monde a applaudi. Certains ont même estimé que le chef de l’Etat aurait dû imposer un confinement total et brutal. Malgré, tout, l’insouciance, l’inconscience, l’indiscipline, l’irresponsabilité, l’incivisme de certains Ivoiriens ou résidents en Côte d’Ivoire ont obligé les forces de l’ordre déployées sur le terrain à sortir la matraque!!!

Un inconscient, au volant d’un taxi, a même fauché un fonctionnaire de police. Non, mais, nous sommes où là? Bon, il a été stoppé un peu plus loin… Et je me demande s’il se souvient de son propre prénom…

Deux choses notées: les agents des forces de sécurité sont des hommes. Il faut pour mieux nous protéger, qu’ils soient eux-mêmes protégés: au moins des masques et des gangs pour chacun d’eux. Ils sont en contact direct avec les usagers… On ne sait jamais. De deux, certains parmi eux ont manqué de pédagogie. Ils sont bastionné les récalcitrants. Non, non, ce n’est pas le but du jeu. Du calme, les gars. Ne nous effrayez pas.

‘’La Côte d’Ivoire solidaire. La Côte d’Ivoire que j’aime. La ministre de la Solidarité a lancé une chaîne nationale pour aider et assister les plus démunies’’.

Rassurez-nous!

La Côte d’Ivoire solidaire. La Côte d’Ivoire que j’aime. La ministre de la Solidarité a lancé une chaîne nationale pour aider et assister les plus démunies. Les Ivoiriens, de tous les bords politiques et de toutes les conditions sociales réagissent plutôt bien. J’ai été bien heureux d’apprendre que le leader du parti d’opposition, l’Union des nouvelles générations, a décidé de joindre ses efforts à ceux du gouvernement pour soulager les Ivoiriens dans le besoin.

À la vérité, on ne peut pas dire aux Ivoiriens, «Lavez-vous les mains à l’eau et au savon», bassiner leurs oreilles avec « utilisez du gel hydro-alcoolique », si en retour, les plus défavorisés ne savent même pas où trouver les produits et avec quoi les acheter… La ministre informée s’est écriée, « C’est ça le citoyen. Solidaires malgré nos différences. C’est bien. »!

Moi j’ajoute, c’est ça, ma Côte d’Ivoire!!!

Fernand Dédeh

Opinion: Juste une question au ministre de la Santé et de l’Hygiène publique

Monsieur le ministre, je comprends la tâche ardue qui est la vôtre. Le Coronavirus est venu ajouter à votre stress quotidien. Ce n’était pas prévu. Votre logiciel était formaté pour la campagne présidentielle. Le Covid-19, comme un anonyme, l’a piraté. Vous êtes un peu déboussolé. Vous cherchez vos marques et repères. Vous avez même dit que vous n’êtes pas un spécialiste du Coronavirus. Nous l’avons bien noté ça. J’ai vu dans l’extrême-nord, à Ouangolo, que vous avez ouvert un centre régional de traitement des cas de la région. C’est bien. Est-il équipé en conséquence, en matériel et en personnel? Dans les autres régions et villes du pays, quelles sont les dispositions pratiques, dans quelles conditions travaillent les médecins et agents de santé? À Abidjan, Monsieur le ministre, les praticiens sont-ils préparés psychologiquement à faire face au défi du Coronavirus?

Je vous vois sensibiliser les femmes dans les marchés. C’est bien. Comment vous vous y prenez dans les hôpitaux et centres de santé?

Le dernier volet de la même question: monsieur le ministre, le Chef de l’État a décrété le couvre-feu. Quand les Ivoiriens rentrent chez eux, entre 21 h et 5 h du matin, que se passe-t-il? Que faites-vous? Comment combattez-vous le virus en ce moment-là, avec quels hommes, quels moyens et quels produits? En fait, j’ai envie de savoir, « quand Ivoirien dort, vous dort aussi »? Ou bien vous nous protégez?

Fernand D.

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
%d blogueurs aiment cette page :