[Décrispation du climat politique] La fumée blanche est sortie du dialogue politique en Côte d’Ivoire

[Décrispation du climat politique] La fumée blanche est sortie du dialogue politique en Côte d’Ivoire

La fumée blanche est sortie du dialogue politique en Côte d’Ivoire. L’opposition ivoirienne a signé, vendredi 15 janvier 2021, le rapport final des discussions issues du dialogue politique avec le gouvernement, a appris de sources officielles le confrère abidjan.net.

Abidjan, le 16-1er-2021 (croinfos.com) La fumée blanche est sortie du dialogue politique en Côte d’Ivoire. L’opposition ivoirienne a signé, vendredi 15 janvier 2021, le rapport final des discussions issues du dialogue politique avec le gouvernement, a appris de sources officielles le confrère abidjan.net.

Pour décrisper le climat politique tendu avant, pendant et après la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire, le gouvernement a entrepris le dialogue politique conduit par le  ministre de l’intérieur et de la sécurité, sous la présidence du Premier ministre, Hamed Bakayoko, du 21 au 29 décembre 2020.

Mais, les négociations se sont soldées mardi 29 décembre soir par une nouvelle suspension, sans qu’aucun accord ne soit conclu comme le février 2020, sous l’ex-Premier ministre décédé, Amadou Gon Coulibaly. Cependant, l’on avait noté une seule avancée notable : la tenue des élections législatives en mars 2021.

Les points d’achoppement. « Nous n’avons signé aucun document », avait tenu à clarifier Armand Ouégnin, président d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), une plateforme dont le référent politique est Laurent Gbagbo. « Il est évident que certains l’ont fait, mais, nous, nous ne l’avons pas fait », car « nous avons reçu la mouture finale en début d’après-midi et nous avons dit que nous réservons notre signature après des éclairages sur certains points », avait-il indiqué.

En effet, des blocages persistent sur la libération des leaders politiques emprisonnés après l’élection présidentielle du 31 octobre, du retour des exilés, notamment l’ex-président Laurent Gbagbo, et de la recomposition de la commission électorale, que l’opposition juge déséquilibrée en faveur du pouvoir, a expliqué à l’AFP un responsable de l’opposition sous couvert d’anonymat.

Depuis le 15 janvier 2021, le Pdci conduit par le secrétaire exécutif, Niamkey Koffi, l’EDS par son président, Pr Armand Ouégnin, RPP de Ouattara Gnonzié conduit par Tibé Bi, et L’URD par Danielle Bony Claverie ont signé le rapport final des négociations qui étaient suspendu. Du côté du gouvernement, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, était représenté par le directeur de cabinet Benjamin Effoly et Claude Sahy au nom du ministre Vagondo Diomandé.

Le rapport final n’a encore été rendu public, mais une nouvelle page se ferme sur l’opposition ivoirienne et  parti au pouvoir, qui se regardaient en chien de faïence.

Tous les points de divergences entre les deux partis, dont la recomposition de la CEI et la libération des prisonniers ont-ils été levés ? Les ‘’éclairages’’ ont été faits et chaque parti affûte ses armes pour les législatives de mars 2021.

Bienvenue Rolande Kwado

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )