Accueil A LA UNE Faut-il brûler le franc CFA ? #FCFA

Faut-il brûler le franc CFA ? #FCFA

233
0
PARTAGER

Le débat relatif à la sortie ou au maintien des 15 Etats africains membres de la zone franc  n’est pas nouveau. Il a seulement gagné en ampleur après le geste symbolique de l’activiste panafricaniste Kimi Seba. Et le mérite des réseaux sociaux est d’avoir démocratisé le débat jusque là réservé à une élite intellectuelle au langage et à la méthodologie pas toujours faciles à comprendre.

L’importance de la politique monétaire sur le développement économique et la croissance économique n’est plus à démontrer. Relativement au franc CFA, la question inaugurale est de savoir si cette monnaie est profitable aux Etats africains ? Une double approche économique et politique permet de donner une tentative de réponses rationnelles. Economiquement, est-ce que le franc CFA permet la compétitivité de notre économie ?

À l’observation non. Les économistes s’accordent pour dire que le volume des échanges commerciaux entre les pays membres de la zone franc est de 15%,  contre 6O% pour les pays de  l’union européenne. La France qui est la gardienne du temple CFA échange de moins en moins avec les Etats de  la zone franc parce que  pas  compétitifs. Les trois premiers partenaires économiques de la France en Afrique sont respectivement le Nigéria, l’Afrique du sud et l’Angola. Trois Etats non membres de la zone franc.  Seulement, la convertibilité du franc CFA en fait  une monnaie internationale, obligeant ainsi les pays qui n’ont pas cette convertibilité internationale à se rapprocher du marché des Etats de la Zone franc.

Geoffroy-Julien Kouao

Un exemple, le Maroc, la non convertibilité de sa monnaie (le Dirham)  oblige le royaume chérifien à investir massivement dans la zone Franc pour acheter du CFA et l’échanger sur le marché international. On comprend aisément, pour quoi avec un investissement de 213 millions de dollars,  le Maroc est le premier investisseur étranger en Côte d’ivoire. En sus, parce que monnaie internationale, le CFA permet un rapprochement en les multinationales occidentales et les entreprises locales. Seulement, la parité fixe qui est de 656 fca pour un Euro, fait du CFA une monnaie surévaluée. Non seulement cette surévaluation ne reflète pas l’état de santé réelle de notre économie,  mais rend nos entreprises non compétitives. Une monnaie forte pour des économies faibles. Contrairement à des Etats économiquement compétitifs  comme la Corée du Sud, l’Indonésie et l’Iran qui ont des monnaies très faibles par rapport à l’Euro. Par exemple, un euro vaut 39 461 rials iraniens.

Politiquement, est-il correct que Six décennies après les indépendances, la monnaie des anciennes colonies africaines soit toujours gérée par l’ancienne métropole ?  Nous sommes ici dans le symbolisme. La question inévitable de la souveraineté revient. Une entité territoriale  ne mérite le statut d’Etat que parce que souveraine. La souveraineté est le critérium de l’Etat et implique le principe sacro-saint de la non ingérence  d’un autre Etat dans ses affaires.

Le Franc CFA est fabriqué en France, chacun des Etats africains membres de la zone franc a un compte logé au trésor français. La France est présente au conseil d’administration de la BCEAO, avec un droit de veto. A ce stade de l’analyse, l’honnêteté intellectuelle m’oblige à noter qu’un Etat peut volontairement déléguer un pan de sa souveraineté à des personnes morales de droit public au niveau national (les collectivités locales) ou  au niveau international (les Organisations internationales). Dans l’espèce, l’UEMOA en est une,  mais, nuance,  rien n’oblige un Etat à rester dans une Organisation Internationale  qui reste une association dont le fondement juridique est moins une Constitution qu’un Traité. Dans les relations internationales, les exemples d’Etats souverains, qui ont décidé volontairement de vivre sous la tutelle d’un autre Etat, abondent. Il en va ainsi du Canada, de la Nouvelle Zélande,  la Jamaïque qui ont pour chef d’Etat, la reine d’Angleterre. Ce statut juridique d’inféodation (dominion) à la couronne britannique n’écorche en rien leur statut de pays économiquement et politiquement fréquentables.

Par ailleurs, au delà de la théorie, une étude comparative avec les Etats africains non membres de la zone franc peut nous éclairer davantage. Le Nigéria, l’Afrique du sud, le Ghana, l’Algérie, le Maroc pour ne citer que ceux-là, sont des économies fortes avec leurs propres monnaies. Par contraste, on ne peut pas  en dire autant de la Guinée Conakry, du Libéria, de la République  Démocratique du Congo, la Mauritanie ou  le Burundi. De ce qui précède,  certes, la monnaie joue un rôle important dans le développement économique, mais ce n’est pas la panacée. A l’évidence,  il faut prendre en compte d’autres variables. Mais, la question demeure,  faut-il sortir ou non de la zone franc ? La réponse est malaisée, techniquement et idéologiquement. Ne faudrait-il pas penser plutôt à des modifications, des corrections  institutionnelles ? Par exemple, demander tranquillement à Paris de quitter le Conseil d’Administration de la BCEAO ? Revendiquer la fabrication de la monnaie en Afrique et non plus en France ? Et laisser subsister la parité fixe  pour garantir une meilleure convertibilité du franc CFA sur le plan international ? Mais une autre question surgit.

Ces ajustements par moi proposés sont-ils compatibles avec une opinion africaine  de plus en plus hostile au franc CFA ? Pourquoi nos Etats n’utiliseraient-ils pas les instruments démocratiques pour trancher la question ? Je veux parler de l’organisation d’un référendum pour demander au peuple souverain le chemin à suivre.

 

Geoffroy-Julien Kouao (Écrivain, Juriste et Analyste Politique)

Auteur de « Côte d’ivoire la troisième république est mal partie » et de « Et si la Côte d’ivoire refusait la démocratie ? »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici