[Hausse du prix de l’huile] La Facaci confond le gouvernement ivoirien et menace

[Hausse du prix de l’huile] La Facaci confond le gouvernement ivoirien et menace

Abidjan, le 11-1er-2021 (crocinfos.com) Le président du conseil d’administration de la Fédération des associations de consommateurs actifs de Côte d’Ivoire (Facaci), Alain Tahi, confond le gouvernement ivoirien quant à sa note justificative sur la hausse du prix de l’huile de palme, constatée ces dernières semaines sur le marché.

Abidjan, le 11-1er-2021 (crocinfos.com) Le président du conseil d’administration de la Fédération des associations de consommateurs actifs de Côte d’Ivoire (Facaci), Alain Tahi, confond le gouvernement ivoirien quant à sa note justificative sur la hausse du prix de l’huile de palme, constatée ces dernières semaines sur le marché.

Depuis quelques jours, une hausse du prix de l’huile de palme a été constatée sur le marché ivoirien. Le prix du bidon de 25L Dinor est passé de 20.000 FCFA à 24 500 FCFA, le prix du bidon de 20L Aya de 16.000 CFA à 19500 FCFA et la bouteille de 1,5L de 1450 CFA à 1700 CFA.

Une note du gouvernement ivoirien justifie cette hausse par « une répercussion de l’augmentation du coût mondial de l’huile ces dernières semaines», rassurant  les consommateurs qu’il « travaille de concert avec les industriels pour amoindrir l’impact du coût de la hausse mondiale du prix de l’huile

Selon le confrère alerteinfo, réagissant à l’augmentation ces derniers jours du prix de cette huile, Alain Tahi a menacé samedi à Abidjan de « boycotter » et « fermer » certaines usines de production d’huile de palme. « La loi nous autorise à boycotter un certain nombre de produits et d’aller même à les fermer. On va boycotter, on va faire fermer certains usines, on va interdire leurs camions de traverser Abidjan », relaie le confrère, qui justifie  la plainte du président du conseil d’administration de la Fédération des associations de consommateurs actifs de Côte d’Ivoire en ces termes : « Les producteurs et distributeurs ivoiriens ne font pas le rendu de façon proportionnelle. Pour 7% d’augmentation, nous nous retrouvons à 35% à 45% d’augmentation. C’est injuste et c’est illégal ».

Pour Alain Tahi, l’augmentation du prix de l’huile de palme sur le marché international ne ‘’justifie en rien’’ l’augmentation du litre d’huile dans les différentes surfaces commerciales du pays.

Il invite les autorités gouvernementales ivoiriennes à la ‘’reconduction’’ du plafonnement des prix des produits alimentaires de grande consommation pour ‘’soulager (les) consommateurs affaiblis par toute une année 2020 de crise sanitaire et électorale.’’

L’huile de palm entre dans la cuisson, les fritures, les assaisonnements  etc. L’augmentation de son prix menace une flambée de prix des produits de consommation de première nécessité.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )