Accueil A LA UNE Avant la rencontre, CIV#GAB : Fernand Dedêh raconte Bouaké #sport

[Reportage et revue de l’actu’Nle] Avant la rencontre, CIV#GAB : Fernand Dedêh raconte Bouaké #sport

106
0
PARTAGER
Une vue d'une des rues de Bouaké

Barthelemy Zouzoua Inabo. Bouaké. Bouaké, ville du centre de la Côte d’Ivoire, de toutes les peurs, mais aussi de tous les espoirs. On ne chante plus Bouaké et sa piscine. On doit dire et chanter Bouaké, capitale de lé région du Gbêkê et ses motos. Partout les motos se disputent les rues, routes et feux tricolores avec les quatre roues.

Les dernières retouches du stade avant le match CIV#GAB

Bouaké la frondeuse des casernes, la bouillante et grouillante dans les rues le jour et les maquis la nuit tombée. Les habitants disent ici «on sait quand on entre à Bouaké, mais on ne sait pas quand on en sort.»

Un soleil radieux illumine la cité à la veille du match Côte d’Ivoire–Gabon, qui se disputera mardi 5 septembre 2017 à partir de 17h30 au stade de la Paix. Les Gabonais sont, d’ailleurs les premiers arrivés dans la capitale du Gbêkê. Ils sont arrivés le dimanche à 21 heures et ont pris leurs quartiers à l’hôtel Éléphant au quartier Air France. Les Ivoiriens sont arrivés Bouaké lundi à 11h30 par vol spécial.

Les deux équipes feront connaissance avec la pelouse. L’équipe ivoirienne foulera la pelouse ce lundi à 16 heures, quand celle du Gabon prendra la relève à 17h30.

Nous sommes concentrés sur le match mais la sécurité dans le pays de ton camarade est un point de préoccupation majeur. Microbes toujours actifs. Attaques des brigades de gendarmerie et commissariat par des inconnus et évasion massive de prisonniers. Ça craint. À Katiola, non loin de Bouaké, la chasse à l’homme se poursuit pour essayer de rattraper la centaine de prisonniers qui se sont octroyé une liberté non admise. Une vingtaine retombée dans les filets. Le gros lot encore dans la nature.

Question. Comment ton camarade gère son affaire de sécurité là? Il est dans la macro sécurité et la micro lui échappe? Pose-lui la question.

En politique, l’événement majeur en ce mois de septembre tu le connais. Le plébiscite annoncé de ton camarade. Une chose est étonnante cependant. Les meetings de soutien à ton ami sont nombreux hein. Comme si ses lieutenants voudraient se convaincre de quelque chose ou rattraper des oublis. Ko «il n’a oublié personne.» ou «il nous a permis de porter les habits de nos choix.». Arguments là est courts non? Les gens là peuvent mieux vendre ton camarade.

Tiens le PCA reçoit désormais au village. Il a reçu HighlanderVP et les ministres de son parti. Je t’ai déjà dit ce monsieur ne parle pas au hasard. Il a répété à ses hôtes deux phrases qui ont leurs sens et qu’il faut savoir décrypter.

Un: les ministres en acceptant de rentrer au secrétariat exécutif du vieux parti ont fait allégeance au PDCI.

Deux: RHDP fort oui mais chaque parti doit être fort.

Ça va chez toi? Moi j’attends mes ‘’quiconque’’ de Bouaké pour faire le tour de la ville. Me replonger dans la cité.

Une chronique de Fernand Dedêh

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici