RFK, l’immortel raconté par un élève des années 80

RFK, l’immortel raconté par un élève des années 80

Vous avez dit Roger Fulgence Kassy. RFK ou simplement Full. Il a épaté et marqué de son style et sa voix, la jeunesse des années 80, par son talent d’animateur. Il a donné l’envie à certains de ces jeunes l’amour d’embrasser le métier de journaliste. Parmi eux, Désiré Mbra.  32 ans après sa mort, voici l’histoire de Roger Fulgence Kassy raconté par celui qui est devenu plus tard journaliste sans avoir touché son fan.

Abidjan, le 21-1er-2021 (crocinfos.com) Vous avez dit Roger Fulgence Kassy. RFK ou simplement Full. Il a épaté et marqué de son style et sa voix, la jeunesse des années 80, par son talent d’animateur. Il a donné l’envie à certains de ces jeunes l’amour d’embrasser le métier de journaliste. Parmi eux, Désiré Mbra.  32 ans après sa mort, voici l’histoire de Roger Fulgence Kassy raconté par celui qui est devenu plus tard journaliste sans avoir touché son fan.

Cocasse. Rocambolesque. Il est des histoires qui bouleversent toute une vie. Mon histoire avec Roger Fulgence Kassy relève du mythe, du rêve et de la parfaite intimité lointaine. Un homme qui rend folle toute une jeunesse, un homme qui vécut en moi, sans que je ne l’aie jamais connu, ni rencontré mais pour l’admiration de qui ma vie professionnelle trace très tôt ses sillons dans le journalisme et la Communication. Au delà du mythe, Ful fut pour moi un Dieu. J’ai rencontré Lévy Niamkey, Venance Konan, Emile Konan Fréjus, Benjamin Koffi (Ben Koff), des journalistes pour qui j’ai toujours eu une admiration sans borne. Mais je n’eus l’occasion de ne parler à mon Dieu vivant que sur sa tombe à Kocoumbo. Entre larmes et émotion. Voici mon histoire…

‘’À toi l’élève perdu dans le fin fond de la Côte d’Ivoire profonde qui a demandé de mes nouvelles et prié pour moi, merci’’

02 Janvier 1989, alors jeune élève au CEG de ma bourgade de Didiévi, je rentre des congés de Noël chez mon père. Le véhicule que j’emprunte fait une escale pour descendre des passagers à Kocoumbo. Kocoumbo, le village-symbole, Kocoumbo de mon Dieu RFK. Tous les journaux l’avaient annoncé dans son village pour se soigner. Je commissionne un des passagers pour lui souhaiter prompt rétablissement. Bingo. Il se trouve être son oncle. Dans la semaine qui suit, Ful publie un poème intitulé ‘’À toi’’ qu’il dédie à ses admirateurs, parents et amis pour annoncer son retour à l’antenne. Un vers est dédié à cet élève fantomatique qui a demandé de ses nouvelles. Libellé à peu près comme ceci ‘’À toi l’élève perdu dans le fin fond de la Côte d’Ivoire profonde qui a demandé de mes nouvelles et prié pour moi, merci’’. Comble de l’extase! Aujourd’hui encore, je continue à croire que mon Dieu Roger Fulgence Kassy a écrit ce vers pour moi. Et puis quelques jours plus tard, le 20 Janvier 1989, c’est la nuit sans fin de celui qui aura marqué la télévision ivoirienne…

 

Désiré Mbra

Désiré Mbra

‘’Avec plusieurs journalistes partenaires du Comité Miss Côte d’Ivoire, nous y faisons escale pour nous incliner et où un évènement surnaturel s’y produit. Au moment de remonter dans le car, un tourbillon sorti du cimetière vient s’arrêter devant le car pendant quelques instants avant de disparaître dans le ciel’’

Plus tard, jeune journaliste au Magazine Top Visages, j’eus l’occasion, à deux reprises de faire des reportages à Kocoumbo à des dates anniversaires de sa mort et de m’incliner sur sa tombe. J’eus l’occasion d’interviewer sa mère mais aussi sa grand-mère qui l’appelait Fili et qui me confia que Ful adorait la bouillie d’igname Klinglè. Une relation fraternelle naît entre son frère Lambert et moi.

Depuis, chaque fois que j’en ai l’occasion, je m’arrête à Kocoumbo pour m’incliner sur sa tombe.

Jusqu’au jour où, à ma demande, avec plusieurs journalistes partenaires du Comité Miss Côte d’Ivoire, nous y faisons escale pour nous incliner et où un évènement surnaturel s’y produit. Au moment de remonter dans le car, un tourbillon sorti du cimetière vient s’arrêter devant le car pendant quelques instants avant de disparaître dans le ciel. Les journalistes présents ont applaudi à tout rompre, heureux d’avoir eu la salutation du grand Roger Fulgence Kassy. Mon cœur s’emplit de bonheur et de fierté d’avoir amené à mon monstre sacré des admirateurs et de lui avoir signifié que je ne l’oublierai jamais…

Pris sur la page Facebook de Désiré Mbra

 

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )