Accueil A LA UNE USA: un an apres son election, le bilan de Donald Trump, juge...

USA: un an apres son election, le bilan de Donald Trump, juge chaotique

102
0
PARTAGER

Il y a un an, jour pour jour, un scrutin faisait l’effet d’une bombe : Donald Trump était élu 45e président des Etats-Unis. Depuis, le tonitruant homme d’affaires a cassé tous les codes de la présidence américaine. Ses opposants sont consternés, ses sympathisants galvanisés comme jamais. Et pourtant, faute de tenir ses promesses de campagne, un an après son accession à la maison blanche, son bilan, surtout nucléaire est jugé chaotique par des Américains et observateurs avertis. Décryptage.

Donald Trump vante les records historiques de Wall Street. L’économie américaine se porte en effet à merveille. Mais les principales promesses de campagne du candidat Trump n’ont pas vu le jour . En témoigne, les Républicains n’ont pas réussi à abroger l’Obamacare, la première pierre du fameux mur à la frontière mexicaine n’est toujours pas posée et le décret interdisant aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane d’entrer aux Etats-Unis a été bloqué à trois reprises par la justice américaine. Face à la communauté internationale, Donald Trump prône la fin du multilatéralisme. Il sort les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, met fin au traité transpacifique (TTP), refuse de certifier l’accord sur le nucléaire iranien et se livre avec le dictateur nord-coréen à une surenchère verbale qui fait trembler le monde. L’affaire des supposées ingérences russes dans l’ascension de Donald Trump mine sa présidence qui, au fil des mois, prend des tournures chaotiques. Pas un jour sans une nouvelle révélation dans la presse américaine. Les démissions et départs forcés de ses proches conseillers s’enchaînent à la Maison Blanche et les tweets matinaux de l’incontrôlable président donnent du fil à retordre à son équipe de communication.

Ce qui provoque la consternation d’une majorité d’Américains, mais qui n’est pas pour déplaire à ses électeurs. Pour eux, Donald Trump est bien l’homme anti-establishment qu’ils ont hissé à la Maison Blanche.

EKB avec RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici